Pour la plage ou pour le Fun :

LE FJ CRUISER D'EUROJAPAN

 

Texte et photos : Arys Panayotou

 

 

EuroJapan Cars ne se présente plus. Ce préparateur belge a déjà fait l'objet d'un nombre incalculable d'articles dans les colonnes de notre magazine. Fabrice Della-Barbera, le patron cette société emblématique, est un amoureux inconditionnel des belles préparations. C'est ce qu'il nous a prouvé avec l'une de ses dernières réalisations, un FJ Cruiser qu'il a magnifiquement transformé...
Une idée un peu folle Le FJ Cruiser est un véhicule au look très particulier. On l'adore ou on le déteste carrément, mais, quoi qu'il en soit, il ne laisse personne indifférent. Avec son toit surbaissé et son petit pare-brise, il présente un aspect résolument vintage qui n'est pas sans rappeler certaines voitures américaines des seventies. Fabrice a toujours été amoureux de ce FJ qui représente pour lui l'un des plus beaux fleurons de la marque nippone. Un regret cependant : avec son intérieur confiné, dû justement à son toit surbaissé et à la faible surface de sa ceinture vitrée, ce véhicule manque sérieusement d'espace. Peut-être est-ce de là que lui est venue l'idée "d'ouvrir" le FJ en supprimant son toit ? Quoi qu'il en soit, l'esprit débordant d'imagination du préparateur belge n'a de cesse de trouver une solution, à la fois esthétique et fonctionnelle pour réaliser un véhicule complètement nouveau. L'idée serait d'allier un look délicieusement rétro à ce petit zeste de folie (ou de liberté) qui caractérise certains beaux cabriolets. Après quelques ébauches tracées sur des photos de FJ, Fabrice définit une charte graphique pour fixer précisément les lignes essentielles d'un nouveau FJ. Ensuite, il se met en quête d'un véhicule. Pénalisé par sa motorisation exclusivement essence, peu ou pas importé en Europe, le FJ Cruiser n'est pas un véhicule courant. Grâce à un tissu relationnel privilégié, Fabrice trouve quand même la perle rare : un FJ d'occasion avec moins de 60 000 miles et un toit légèrement abimé, ce qui fait justement son affaire puisqu'il a décidé de supprimer ce dernier ! La Bête une fois garée dans son antre, la préparation peut commencer...
Les blindages N4 couvrent une grande partie des zones les plus exposées.
Puissant et suffisamment "bien gonflé", le moteur n'a subit aucune modification.
Pare-choc ARB, phares Vision X, treuil Warn et corde plasma : il ne manque rien !
Aucune fausse note sur le plan de la finition. Les bords supérieurs des ailes semblent tout droit sortis d'une chaine de montage et le bikini qui vient recouvrir l'habitacle est un modèle du genre.
Les élargisseurs Bushranger habillent parfaitement les passages d'ailes. Ressorts TJM et amortisseurs OME : un bon compromis pour une suspension à la fois ferme et confortable. Comme l'ensemble du véhicule, les inté-rieurs d'ailes sont absolument nickels. Sans être vraiment rustique, l'intérieur du véhicule reste assez "spartiate", sans le luxe ostentatoire des nouvelles générations de 4x4. Ce qui n'empêche pas un certain confort car Toyota n'a pas lésiné sur la qualité des sièges et des garnitures. Disqueuses et soudures Dans un premier temps, la disqueuse va régner en maitre dans l'atelier. Pour des raisons essentiellement esthétiques, la partie avant du toit est conservée sur une dizaine de cm tandis que tout le reste est découpé au-dessus de la ceinture vitrée et au ras de la ceinture de coffre. Il faut ensuite déconnecter les air-bags latéraux et déshabiller complètement la caisse. Une partie de cette dernière va être renforcée en plusieurs endroits, notamment au niveau des points d'ancrage de l'arceau. Il est clair qu'à partir du moment où l'on découpe un véhicule, il faut impérativement le rigidifier "comme à l'origine". D'où l'intérêt de nombreux renforts de caisse associés à un arceau 6 points. Celui-ci a été recommencé deux fois avant de plaire à Fabrice. Sur cet arceau, on va installer des pattes spéciales destinées à recevoir les crochets de verrouillage des portières. Pour pallier à la découpe et au vide qu'elle laisse à certains endroits, il va falloir créer de nombreuses pièces. Ce qui va engendrer un vaste programme de ferronnerie et de soudure. Un vrai travail de fourmi ; un vrai travail d'artiste. Un peu plus tard, toutes ces pièces découpées ou rapportées vont recevoir un habillage de finition. Le résultat est absolument fantastique : on a vraiment l'impression que ce véhicule est un modèle d'origine sorti d'usine. Malgré son look moderne, la planche de bord reste très fonctionnelle. La partie plane au dessus de la boite à gants semble idéalement conçue pour recevoir divers instruments de navigation. Ni moquette ni tapis en tissu dans ce FJ. Plastiques et caoutchouc sont là pour rappeler sa vocation de baroudeur. Comme la planche de bord, les portières sont d'une sobriété exemplaire. La porte arrière n'est pas bien grande mais elle suffit à accueillir la ceinture de sécurité du passager avant.

2

5

3

1

 1 et 2) Gros travail de découpe sur cette préparation. Il vaut mieux ne pas se manquer ! 3) Certaines pièces ont nécessité des heures de travail, que ce soit sur le plan de la conception ou de la réalisation. Après la séquence "ferronnerie", la phase de polissage a pris une part importante. 4) La réalisation de l'arceau a été un grand moment d'anthologie pour faire quelque chose qui soit à la fois esthétique et efficace. 5) La platine de recouvrement des tranches d'ailes sert de support à l'arceau de ceinture de sécurité arrière.

4

 Plage ou baroud ? Pour lui donner un look encore plus agressif, Fabrice et son équipe vont installer sur leur FJ l'équipement "standard" du baroudeur. Des pare-chocs ARB en acier vont remplacer les modèles d'origine. Le pare-choc avant abrite un gros treuil Warn avec une corde plasma et deux énormes phares à LED Vision X tandis que l'arrière reste "basique", sans porte-roue puisque la porte arrière est déjà équipée de cet accessoire. Des élargisseurs d'aile Buschranger viennent habiller les passages de roue et un schnorkel Safari s'en vient trôner sur l'aile avant droite. Le véhicule est ensuite surélevé avec des ressorts TJM associés à des amortisseurs renforcés OME. De gros BFGoodrich Mud Terrain en 305 x 70 x 16 montés sur des jantes Mickey Thompson en alu viennent compléter l'ensemble. Le dessous va traité avec le même soin minutieux qui a présidé sur cette préparation hors norme. De multiples blindages vont protéger les parties les plus sensibles aux chocs. Hormis le blindage avant qui vient de chez LMT (le Métal Technique) et qui mériterait sérieusement d'être revu par son fabricant, tout le reste vient de chez N4 Off Road. Un gage de qualité qui correspond parfaitement aux exigences d'une telle préparation. Une peinture à motifs flammés vient achever le tout, donnant au FJ un aspect à nul autre pareil. Au final, même si ce véhicule n'a reçu aucun aménagement intérieur spécifique au raid, il est virtuellement prêt à partir. Le tout est de savoir où ! Il serait très à l'aise sur une plage d'Hawaî avec des bodybuilders surgonflés et de belles naïades ultra bronzées. Mais ce serait dommage de le cantonner à un rôle aussi réducteur. Malgré son nouveau look et les transformations majeures qu'il a subies, ce FJ conserve toutes les qualités de la marque. En fait, il suffirait de deux ou trois tiroirs australiens, d'un frigo et de quelques "petits" accessoires pour qu'il soit prêt à affronter les pistes les plus dures. Du rêve à la réalité Après plus de 3 semaines de préparation, le FJ de Fabrice est devenu une véritable curiosité. A la fois bête de course et bête de guerre, le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne passe pas inaperçu. Issu de l'imagination débridée d'un véritable artiste de la préparation, il est aujourd'hui en vente pour la somme de 55 000 €. Gageons que son acquéreur saura apprécier à sa juste valeur l'esthétisme et l'originalité de ce véhicule d'exception... Préparateur : Eurojapan cars and Parts - Rue Saint-Jean 23 - 5600 Neuville - Belgique Tél. : + 32 (0)71 / 66 92 33 / + 32 (0) 475 / 60 44 57- Site Internet : www.eurojapan.be
Très beau travail de conception et de soudure pour cet arceau sur mesure qui vient rigidifier la caisse.